INDUSTRie SALLE BLANCHE

NOS VÊTEMENTS DE TRAVAIL FOURNISSENT UN FILTRE PROTECTEUR DE L’ESPACE ALENTOUR

En salle blanche, c’est l’humain qui produit le plus de particules. Selon ses mouvements, le corps humain produit entre 100000 et des dizaines de millions de particules par minute. Les vêtements de travail dans les salles blanches doivent faire office de filtre qui empêche les particules émises de s’échapper. Nos vêtements pour salles blanches répondent à ces besoins et fournissent un confort maximal aux personnes travaillant dans les salles blanches ou tout autre environnement contrôlé (pulvérisation sur véhicule, par exemple).

QU’EST-CE QU’UNE SALLE BLANCHE ?

Il s’agit d’un environnement avec un niveau de polluants, tels que poussière, microbes dans l’air, aérosols (gaz à particules) et fumées chimiques, contrôlé. Le niveau de pollution est indiqué comme le nombre de particules de taille supérieure à 0,5 micromètres (abrégé en μm, 1 millionième de mètre) par mètre cube d’air. Un cheveu a
pour diamètre 100 μm environ. Les particules concernées sont donc très petites. Autre exemple, l’air ambiant extérieur de ville contient approximativement 35 000 000 particules de taille supérieure à 0,5 μm, alors qu’une salle blanche ISO de classe 3 n’est pas autorisée à contenir plus de 35 particules de cette taille.

SUIT RECOMMENDATIONS


POURQUOI LES SALLES BLANCHES
DOIVENT-ELLES ÊTRE AUSSI PROPRES ET COMMENT PARVENIR À CE
RÉSULTAT ?

Après la Seconde Guerre mondiale, l’évolution technique a subi un développement fulgurant, rapidement accompagné de problèmes. Les avions déviaient de leur trajectoire, les ordinateurs perdaient de la mémoire, les infections hospitalières augmentaient et la circulation pouvait être bloquée sur les routes en raison d’un non-fonctionnement des feux qui refusaient de passer au vert. Il a été établi que les agents polluants créés au cours de la fabrication d’équipement technique et d’appareils médicaux étaient à l’origine de ces problèmes. Plus les composants utilisés étaient petits, plus les problèmes étaient importants. Les premières salles blanches ont été construites dans les années 1960 et, avec l’aide d’un courant d’air filtré par un dispositif connu sous le nom de filtre HEPA, il était possible de réduire et contrôler le niveau de particules avec une grande efficacité. Des normes comme la norme américaine FS209 ont également été établies afin de garantir la qualité du service.

LE CONTRÔLE DE LA PROPRETÉ D’UNE CHAMBRE VIDE N’EST PAS L’ÉTAPE LA PLUS COMPLIQUÉE.

C’est au moment où l’équipement est introduit dans la salle et où les gens commencent à le manipuler que les problèmes commencent à se manifester. Chaque minute, les gens perdent des centaines de milliers de particules sous la forme de cellules de la peau, micro-organismes, cheveux, etc.; plus ils bougent et plus le nombre de particules augmente. En pratique, cela se résume à la nécessité d’installer des filtres entourant le corps humain pour empêcher l’apparition de particules dans l’air.
FRISTADS KANSAS FABRIQUE DES VÊTEMENTS POUR LES SALLES
BLANCHES ET AUTRES ENVIRONNEMENTS CONTRÔLÉS DEPUIS 1996.


C’EST POURQUOI NOUS N’UTILISONS QUE DES FIBRES SYNTHÉTIQUES

Les vêtements de travail pour les salles blanches doivent bloquer les particules ou fibres. Le coton, ainsi que les autres fibres naturelles, sont tissés à partir de petites fibres facilement détachables, et donc inadaptés. L’équipement vestimentaire de salle blanche est constitué de fibres synthétiques : des filaments de polyester, qui sont des fibres solides.

LA COUTURE LIÉE FRISTADS KANSAS

Notre couture liée est une version améliorée de la couture standard. Cette couture s’apparente à un rabat et offre ainsi une meilleure imperméabilité. Elle est également plus résistante, ses deux rangées de piqûres traversant six couches de tissu. Elle est plus sûre car des filaments de carbone sont tissés dans la couture, de sorte à assurer une bonne évacuation de l’électrostatique, y compris après de nombreux lavages.